Alfred Van Pelt, ce n’est pas qu’une avenue

26 mai

VP001

   Alfred Van Pelt est né à Lens le 23 février 1867 dans la rue de la Porte d’Arras. Son père Jean-Henry est un immigré belge venu travailler dans les mines de Lens.

   Contrairement à la majorité des fils de mineurs à l’époque, Alfred ne travaillera jamais à la mine. Il suit ses études à l’école Condorcet de Lens et devient clerc de notaire. Il se fait embaucher dans l’étude de Maître Le Gentil.

   Le 6 octobre 1889 naît sa fille Alice qu’il a eu avec la demoiselle Maria Caquant qu’il épouse le 30 juin 1890.

   Quelques mois plus tard, il est incorporé au régiment d’Infanterie de Maubeuge dont il est libéré en juillet 1891 après la naissance de sa deuxième fille Andrée.

   En 1899, il prend la présidence de l’Amicale des Anciens Élèves de l’école Condorcet de Lens.

   En 1889, après la Seconde Internationale Socialiste, il rejoint Emile Basly avec qui il se fait élire le 7 mai 1900 conseiller municipal sur une liste qui devance celle d’Eugène Courtin, le maire sortant conservateur. Il amorce sa carrière d’élu municipal qui durera 31 ans.

   En 1903, Alfred Van Pelt s’installe route d’Arras où il ouvre un estaminet au nom de son épouse. En tant que membre de la commission des fêtes, il organise par exemple la ducasse annuelle de la cité de la fosse 4 et notamment les concours de tir à l’arc.

   Membre également de la commission des finances municipales, il s’oppose néanmoins à Emile Basly sur certains points. Ainsi, il vote contre le projet de la municipalité de supprimer les processions religieuses en ville et aussi contre celui de n’accorder une subvention qu’à la seule Fanfare Ouvrière municipale alors qu’il existe à Lens une autre fanfare, celle des Enfants de la Plaine créée par la municipalité précédente.

   Ces différents n’alternent en rien ses relations amicales avec Emile Basly qui fait de lui l’un de ses adjoints dès 1908. Il occupera jusqu’à sa mort le poste d’adjoint aux finances.

   En 1914, Van Pelt est mobilisé et rejoint le ministère des armées à Paris. Ce qui lui sauvera la vie, car le 12 octobre 1915, un obus tombe sur l’estaminet de la route d’Arras, son épouse et sa belle-mère sont tuées.

   En 1917, il retrouve Basly rentré de son exode à Paris et fait partie du Conseil municipal provisoire de Lens qui se réunit rue de Hanovre.

   Dès la Libération de Lens en 1918, Van Pelt revient dans sa ville. Il reprend son métier de clerc de notaire dans le cabinet Cavet et Cambier. Le 13 août 1921, il épouse en secondes noces Louise Petit.

VP006

Van Pelt, Maës et Basly lors de l’inauguration de la gare de Lens en 1927

   Très actif dans la vie municipale, il assure en plus les missions d’administrateur de l’hôpital, de juge de paix suppléant. Après la Première Guerre, il est le directeur du contentieux général municipal. À ce titre, il gère avec les propriétaires les modifications au cadastre dans le cadre du nouveau plan d’urbanisme lors de la reconstruction de la ville.

   Après le décès d’Emile Basly en 1928, Van Pelt conserve son poste d’adjoint au maire auprès d’Alfred Maës.

VP003

Lors de l’enterrement d’Emile Basly, Van Pelt et Maës auprès du cercueil

   En 1929, il est réélu au Conseil municipal. Ce sera son dernier mandat. Il décède le 6 août 1931 à l’âge de 64 ans. Il repose au cimetière de la route de Douai.

VP004

   Quelques mois plus tard, la municipalité d’Alfred Maës décide de débaptiser la rue de la Gare prolongée pour lui donner le nom d’avenue Alfred Van Pelt.

VP005

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Radiopoilu |
Sarcophage, une tragédie de... |
Carnetdelecture5erenato |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Histoires du Maquis
| Histoire à Nieuil l'Es...
| quochuy01